Cupidon l’indomptable

Cupidon

Cupidon, qui dans la mythologie romaine naquit de Mars et de Vénus, est désigné Dieu de l’amour. Nous avons tous appris cela à l’école maternelle, non pas que notre maîtresse nous ait pris pour de petits génies précurseurs, mais juste parce que, déjà haute comme trois pommes à genoux , nos yeux étaient capables de faire un tour à 180 degrés.
180 degrés juste pour regarder l’objet de notre émoi: un petit brun perdu, seul au fond du préau qui avait le pouvoir, de nous faire oublier le temps gris et froid et l’envie de Carambars sans en être lui même ni conscient, ni même au courant de notre existence.
Cupidon oeuvrait déjà, maniant à tout va son arc et ses flèches, faisant fi des petits coeurs piqués à vif.
Le temps passe et a passé mais Cupidon est resté fidèle à lui même: insolent, ingérable, dissipé et incontrôlable, le véritable mauvais élève.
Il serait réducteur et injuste de l’emprisonner dans ce descriptif, car Cupidon a une qualité qui de nos jours vaut de l’or tant elle est rare. Il fait fi de tout dans les proies qu’il attache par les liens de l’amour. Cupidon, hommage lui soit rendu pour cette qualité de coeur, se moque bien des différences, de la couleur de peau, de la classe sociale, de la religion et l’actualité en berne est le dernier de ses soucis. Bien heureux soit il, il est dans une totale liberté d’aimer, ce qui par les temps qui courent mériterait qu’on s’y attarde…

Qu’on s’y attarde et que l’on réfléchit au bien être de chacun quand l’amour existe ou pour qu’il existe tranquillement même si “ tranquille” et “amour“ c’est un duo compliqué qui ne va pas de soit. Il faudrait beaucoup de mots, beaucoup de lignes noircies pour prendre le temps d’y penser… calmement ? Tout le contraire de l’action de Cupidon.
Le bougre manie ses flèches à la vitesse de l’éclair laissant derrière son passage des coeurs en puzzle qui bégaient et bug, tant le sentiment amoureux qui foudroie rend bête, stupide, idiot, peureux mais terriblement beau.
La flèche en plein coeur de ce fils de Vénus balaie sans difficulté d’un revers de manche les nuages les plus sombres d’un ciel d’hiver aussi tenace soit il.
Il donne aux yeux de sa victime l’éclat d’un diamant rare, faisant oublier ce sourire permanent et béat de cette dernière qui, il est vrai, ne reflète guère une intelligence aiguisée, le dicton prend ainsi toute sa place: « le coeur a ses raisons que la raison ignore»
Ainsi raison et réflexion s’empressent de prendre l’avion quand le coeur est la victime de Cupidon. C’est une image !
Mais qu’y a t’il de plus beau, de plus savoureux que le sentiment amoureux ?
Que ce dernier soit partagé ou pas, il est la preuve que nous sommes extrêmement vivants. Qu’il ne fasse que passer ou qu’il s’attarde, il nous rappelle l’essentiel : la vie, et la poésie d’Alfred de Musset en est une douceur éclairée:
«La vie est un sommeil, l’amour en est le rêve,
et vous auriez vécu si vous aviez aimé»
Alors que vos nuits soient agitées, pensives ou plus belles que vos jours
sachez que très sincèrement je vous souhaite de l’amour à chaque instant, jusqu’au trop plein !

Prenez soin de vous.
Et aimez au grand jour, pleinement, en faisant fi du “ qu’en dira t’on”